GINGER THE CAROTT : les coulisses



Un café l'édition ! est heureux d'annoncer la sortie prochaine de "Ginger The Carott" (version anglaise) et de "Ginger Ze Carotte" (version française) écrit par Zam Steepa et illustré par Sally Dee. Vous pouvez vous le procurer par le biais de notre site dès le 11 mai ou dans notre réseau de librairie à partir du 1er juin.


Les deux artistes édités par Un café, l'édition !, Zam Steepa et Sally Dee, nous ont ouvert les portes de leur atelier de création pour une matinée délicieuse. C'est dans ce petit hangar aménagé que l'un écrit et que l'autre illustre. Découverte.


8 h 00 : Zam Steepa commence sa journée par un petit déj' australien. C'est à ce moment qu'il « organise ses [mes] pensées et réfléchit à ce qu'il [je] doive écrire ».

Zam Steepa, alias Nathan Gross

9 h 00 : Très organisé, Zam Steepa hiérarchise ses chantiers d'écriture chaque matin ; ce qui lui permet « de perdre pas le feel de ses [mes] créations ». L'emploi du temps de notre écrivain est prêt. Il va pouvoir se mettre à écrire.

9 h 15 : Pour cela, Zam Steepa utilise un Macrotron 234. Ce puissant ordinateur doté d'un traitement de texte dernier cri est le seul capable de gérer la police d'écriture choisie par Steepa et de corriger en direct la ponctuation et les fautes de syntaxe française. Aidé de ses modèles manuscrits affichés devant lui, Zam Steepa copie inlassablement son texte sur le Macrotron 234. Il se voit parfois comme « un informatic pianiste au service de les idées et de le grammeare. »

« J'aime la écran du Macrotron 234, j'y vois très mieux.»

En une heure, Zam a déjà écrit le titre et le synopsis sur une dizaine d'exemplaires !

Bien entendu, Zam Steepa et Sally Dee ont dû embaucher

quelques intérimaires pour les aider

à recharger les feuilles immenses de

la bécane ou pour assurer la maintenance.


10 h 00 : Pendant ce temps-là, Sally Dee prépare ses encres de couleurs et ses pinceaux de chantier. Évidemment, la taille des feuilles sortant du Macrotron 234 l'oblige à travailler sur du très très grand format. Très pratique quand même pour ne pas déborder sur le texte.

Les réserves de couleurs primaires

Véritable bourreau de travail, Sally est

capable d'encrer une centaine de feuilles par matinée. La preuve !


Cette puissante machine fonctionne comme un sèche-cheveux géant.


11 h 30 : Les deux artistes approchent de la pause. Ne reste plus qu'une chose à faire : découper les pages (« Ça ne pas être évident »).

Sally trace toujours au pinceau des pointillés afin que Zam

puisse découper proprement les pages.


12 h 00 : Voilà, la rencontre avec nos deux auteurs arrive à sa conclusion. Pas moins d'une quarantaine d'exemplaires de Ginger The Carott a été réalisée ce matin. A ce rythme, Zam et Sally parviendront sans problème à tenir les délais de bouclage.


Un café, l'édition ! tient à remercier encore une fois Zam Steepa et Sally Dee d'avoir joué le jeu de la transparence ; et avec le sourire ! Cette immersion dans l'intimité du processus de création a été pour nous une vraie surprise et un réel plaisir. Que nous voulions partager avec vous !


Un café, l'édition !

Merci à Zam Steepa d'avoir autorisé à diffuser ses commentaires.




Posts Récents